1-Main Title 2.39
2-The Fields of Ambrosia 6.11
3-He Ain't Dead/The Fee 2.12
4-The Paint Job 2.13
5-A New Client 1.05
6-Missing Chair 0.51
7-The Lawyer/Short Circuited 2.01
8-A Sight to Behold 2.06
9-Past History 1.30
10-A Special Treat 1.01
11-Instructions 4.18
12-The Experiment/Late Work/
The Loser 1.55
13-Unwelcome Visitor 2.09
14-The Getaway 2.08
15-The Fields Revisited 4.51
16-End Title 1.57

Musique  composée par:

Jerry Goldsmith

Editeur:

FSM Silver Age Classics
Vol. 5 No. 6

Album produit par:
Lukas Kendall
Edition limitée à 3000 copies.

(c) 1970 Turner Entertainment Co. and AOL Time Warner Company. All rights reserved.

Note: ***1/2
THE TRAVELING EXECUTIONER
ORIGINAL MOTION PICTURE SOUNDTRACK
Music composed by Jerry Goldsmith
Véritable perle rare du cinéma U.S. des années 70, ‘The Traveling Executioner’ (La balade du bourreau) raconte l’histoire insolite d’un fringant bourreau, Jonas Candide (Stacy Keach), qui voyage de prison en prison avec sa chaise électronique portable afin d’exécuter les condamnés (qui choisissent cette forme d’exécution plutôt que la pendaison) en échange d’une bonne somme d’argent et d’un bon repas. Mais Jonas met un point d’honneur à ne jamais faire souffrir ses victimes. Un jour, au cours de l’année 1918, Jonas arrive à la prison de Kilby dans l’Alabama où il s’apprête à exécuter une ravissante jeune allemande nommée Gundred Herzallerliebst (Marianna Hill). Mais il tombe amoureux de la jeune femme et cette dernière, usant de son charme, réussit à convaincre Jonas de l’aider à s’évader. Jonas va devoir alors convaincre son associé Doc Prittle dit ‘le toubib’ (Graham Jarvis) de l’aider à simuler la mort de Gundred après l’exécution, dosant suffisamment le voltage afin de ne pas tuer complètement la jeune femme. Mais le toubib ne se laisse pas convaincre aussi facilement que prévu et réclame une forte somme d’argent à son associé auquel il ne fait plus confiance. Désespéré, Jonas doit trouver une solution de dernière minute pour récolter l’argent que lui réclame le toubib avant l’exécution. ‘The Traveling Executioner’ est une fable ironique et grinçante sur l’histoire de ce bourreau arnaqueur au grand coeur qui finit par se laisser piéger par ses sentiments et devient à son tour le condamné. A signaler plusieurs particularités au sujet du film de Jack Smight: tout d’abord, le tournage s’est déroulé entièrement dans la vraie prison désaffectée de Kilby dans l’Alabama, en compagnie de prisonniers qui jouent dans le film leur propre rôle, ayant aussi servi de conseillers techniques sur le film. Second point étonnant, le scénario a été écrit par un jeune étudiant américain en cinéma nommé Garrie Bateson, tout juste âgé de 22 ans lorsqu’il écrivit ce scénario et le confia à ses professeurs qui auraient été tellement époustouflés par la qualité du script qu’ils auraient décidé de l’envoyer à des producteurs – une belle leçon pour tous les jeunes cinéastes/scénaristes en herbe qui souhaiteraient saisir leur chance pour se lancer dans le cinéma. Le film repose quasiment entièrement sur les épaules d’un Stacy Keach inspiré, entre humour noir et émotion, deux mots qui résument parfaitement le ton insolite de cette petite parle rare du cinéma américain des années 70, une très belle production MGM à découvrir si vous en avez l’occasion! Jerry Goldsmith retrouve le réalisateur Jack Smight sur ‘The Traveling Executioner’ en 1970, lui qui avait déjà collaboré avec le cinéaste sur ‘The Illustrated Man’ en 1969. Pour ‘The Traveling Executioner’, Goldsmith a décidé de faire une petite incursion dans la musique blues de l’Amérique du sud profond de 1918, celle du Dixieland, avec son lot de guitares, harmonica, section de cuivres, piano, percussions, orgue et orgue de barbarie. Naviguant entre blues et bluegrass populaire avec un style parfois proche des musiques de cirque, Goldsmith s’en est donné à coeur joie sur ce film, retranscrivant avec fraîcheur l’humour noir et l’émotion du film avec une habileté qu’on lui connaissait déjà, mais qu’il avait rarement eu l’occasion de mettre en avant sur un film aussi insolite. Le thème principal de la partition (‘Main Title’) est associé à Jonas, le bourreau interprété par l’excellent Stacy Keach. Cette petite ‘balade du bourreau’ est introduite par un harmonica soliste très vite rejoint par une rythmique blues entraînante avec basse, batterie et petites percussions. La mélodie est d’abord jouée par l’harmonica et est ensuite jouée par un duo trombone/trompette qui donne une couleur très ‘Americana’ typique du début du 20ème siècle. Le piano s’empare ensuite de cette amusante mélodie joviale aux contours populaires (elle évoque par moment des airs de Gospel traditionnel) qui donne un côté roublard et nonchalant au personnage du bourreau, et annonce d’emblée le ton humoristique du film. C’est aussi l’occasion pour le compositeur de s’essayer à l’exercice de style difficile de la musique populaire, un exercice périlleux qui aurait pu virer à la vulgarité si le talent du grand Jerry Goldsmith n’avait pas encore frappé une fois de plus! La seconde partie du ‘Main Title’ est plus nuancée, avec quelques sonorités plus sombres et la présence inattendue d’un orgue d’église lorsque l’on voit apparaître pour la première fois à l’écran la chaise électrique, l’orgue conférant à la chaise une symbolique quasi religieuse très subtile - Jonas raconte au condamné qu’il exécute au début du film une histoire au sujet de l’autre monde qui l’attend après sa mort. Cette scène en question est d’ailleurs illustrée dans le magnifique ‘The Fields of Ambrosia’, véritable climax émotionnel de près de 6 minutes qui apparaît déjà au début du film et qui confirme que nous sommes bel et bien en présence d’une partition de qualité du maestro californien! Pendant 6 minutes, Goldsmith une mélodie poignante pour harmonica soliste avec guitares, orgue, petite formation de cordes et vents alors que Jonas entame sa discussion au sujet des ‘champs d’Ambrosie’ afin de rassurer le condamné avant son exécution et de l’aider à affronter la mort de façon plus paisible. Goldsmith retranscrit l’humanité profonde de cette séquence poignante avec une musique non moins poignante qui évoque particulièrement certaines musiques western lyriques du Ennio Morricone des années 70. Le reste du score alterne de façon toujours très inventive entre passages légers parfois très humoristiques et moments plus sombres et vaguement mélancoliques. Le retour da la balade enjouée dans ‘He Ain’t Dead/The Fee’ accompagne avec humour la scène où Jonas découvre que l’exécuté est encore vivant. Goldsmith s’amuse comme un petit fou dans ces passages où il s’en donne à cœur joie, utilisant différents instruments comme une basse, des petites percussions, des guitares, un harmonica, une trompette, un violon, etc. Continuant sur sa lancée, Goldsmith nous offre de joyeux moments en perspective comme une reprise très jazzy du thème du bourreau dans ‘The Paint Job’ avec batterie, pizzicati de contrebasse, saxophone, orgue hammond, harmonica, etc. ‘A New Client’ s’apparente quand à lui au style d’une véritable musique de cirque, avec son lot de fanfare et de rythmes de tuba/percussions enjoués – Goldsmith nous proposant une reprise très amusante de son thème pour accompagner la scène où Jonas se déplace avec sa camionnette transportant sa précieuse chaise électrique. L’humour est aussi très présent dans la musique de la scène de la disparition de la chaise dans ‘Missing Chair’, ainsi que dans ‘The Lawyer/Short Circuited’ qui, après une première partie vaguement mélancolique, nous offre un joli passage d’harmonica enjoué et un final plus exubérant. A noter une utilisation très amusante de l’orgue de barbarie et de l’harmonica dans ‘A Sight to Behold’ qui nous propose une autre sympathique variante du thème sur un rythme dansant, comme ‘A Special Treat’ où le thème est entrecoupé de passages mélancoliques qui semblent suggérer de façon plus subtile le côté dramatique de l’histoire de ce bourreau au grand coeur qui finira par se faire prendre au piège de l’amour. Avec ‘Instructions’, les choses semblent changer pour de bon. Le maestro rompt ici avec le style jovial et dansant de la première partie du score en utilisant un style plus atonal et sombre voire dissonant à base de cordes/vents sombres et d’effets sonores inquiétants. Jonas prépare avec son ami médecin les préparatifs de l’évasion de Gundred, le médecin s’avérant néanmoins être particulièrement récitent et difficile à convaincre. Goldsmith fait planer une ombre de doute sur le morceau, qui contient malgré tout quelques touches d’espoir semblant suggérer que tout n’est pas encore perdu pour sauver Gundred. Mais les effets électroniques dissonants à base d’écho sont là pour nous rappeler que les choses ne vont pas tarder à s’aggraver pour notre sympathique héros. Cette orientation plus sombre de la musique se confirme dans ‘The Experiment/Late Work/The Loser’ où, après une première minute plus intimiste et un passage jazzy, le morceau se conclut sur un partie rythmée plus sombre qui semble suggérer un certain sentiment d’urgence et de danger pour Jonas, dans la scène où il perd son argent en se faisant tabasser par les types qu’il a escroqué au poker. ‘Unwelcome Visitor’ accompagne de son côté la scène où l’un des gardes tente de violer Gundred dans sa cellule. Goldsmith nous plonge alors dans une atmosphère atonale terrifiante de style thriller, à des années lumières de l’atmosphère enjouée du début. L’utilisation des cordes glaciales et des pizzicati de contrebasses évoquent par moment le style ‘seventies’ de Lalo Schifrin tendance ‘Dirty Harry’. Goldsmith expérimente ici en utilisant des gargouillis de pizzicati de cordes, des effets électroniques étranges, des traits de xylophones rapides, des cuivres dissonants et stridents et des cordes glaciales à la Bernard Herrmann, un morceau particulièrement violent et noir, impressionnant autant à l’écran que sur l’album. La tentative d’évasion finale est alors illustrée dans ‘The Getaway’ où Goldsmith développe différents motifs rythmiques créant un sentiment d’urgence pour ce morceau d’action avec toujours cette même inventivité orchestrale chère au compositeur californien. Et c’est finalement avec un plaisir non dissimulé que l’on retrouve le magnifique thème poignant des champs d’Ambrosie dans ‘The Fields Revisited’ lorsque Jonas est exécuté à son tour, la boucle étant bouclée. ‘The Traveling Executioner’ fait partie des scores méconnus de Jerry Goldsmith qui mériterait pourtant amplement d’être redécouvert et apprécié à sa juste valeur. Goldsmith nous démontre avec cette musique qu’il possédait décidément beaucoup d’humour et n’avait jamais peur de l’exprimer en musique lorsqu’un film lui en donnait l’occasion. C’est aussi l’occasion pour le compositeur d’évoquer ici des genres musicaux plus inhabituels pour lui comme la musique blues/bluegrass traditionnelle du Dixieland ou la musique de cirque, nous offrant au final une partition à la fois joyeuse, entraînante, sombre et dramatique à la fois, toute à l’image du film, le tout enveloppé d'une fraîcheur absolument irrésistible. Comme d’habitude, Goldsmith rentre au coeur du film et retranscrit toute la profondeur de l’histoire avec une maestria qu’on lui connaît depuis très longtemps déjà. Voilà en tout cas une très sympathique partition de Jerry Goldsmith à connaître absolument si vous voulez entendre une musique plus inhabituelle et extrêmement agréable du compositeur! ---Quentin Billard